Archives Mensuelles: juin 2013

Politique et création

Les choix que l’on ne peut faire pour soi, on ne peut les faire pour les autres… On ne peut donc pas demander aux gens ne faire pour les autres des choix qu’ils ne peuvent faire pour eux-mêmes ! Comment par exemple peut-on s’étonner de l’état de notre planète, quand les gens ne sont même pas capables de bien s’occuper de leur propre corps ?

Il semble donc que l’action concrète soit la dernière étape de tout processus, tandis que la pensée serait bien entendu la première…

L’action politique « éclairée » découlerait donc naturellement de la personne éclairée, tout comme l’eau déborde d’un verre trop plein.

Bien sûr, l’inverse peut aussi se faire, dans la mesure où l’action éclairée d’une personne peut susciter un changement de pensée chez d’autres personnes, mais encore là, l’impact que la personne en question pourra avoir sur ses semblables sera directement tributaire de son propre « niveau d’éclairage». On peut donc affirmer qu’en somme, l’action suit la pensée, et non l’inverse. Il semble qu’il s’agisse donc d’une loi de la nature qui s’avère aussi simple que fondamentale, et que l’on pourrait en fait désigner comme étant celle de la création en tant que telle.

Et si l’on transpose cette loi universelle dans le contexte politique, on semble ne pouvoir qu’en arriver directement au questionnement suivant : « comment peut-on manifester de l’action politique « éclairée » avec des gens qui ne le sont pas nécessairement » ? 

Car le niveau d’avancement politique d’une personne, ou en d’autres termes son « niveau d’éclairage », n’est-il pas qu’une réflexion de son « niveau d’éclairage » intérieur ? Et le niveau d’éclairage extérieur ne peut-il pas augmenter qu’en fonction du niveau d’éclairage intérieur ?

Conversement, le « niveau d’éclairage » d’une société n’est-il pas qu’une réflexion du « niveau d’éclairage » intérieur de chacun des personnes constituant cette dernière ? Et le niveau d’éclairage d’une société ne peut-il pas augmenter qu’en fonction du niveau d’éclairage de chacun de ses membres ?

Et ne faut-il pas avouer que le degré auquel on est prêt à aller loin, au niveau extérieur, dépend directement du degré auquel on est prêt à aller loin au niveau intérieur ?

Alors comment peut-on vraiment changer les choses, si ce n’est en manifestant dans la matière les conséquences de son propre « éclairage », ne serait-ce que dans le but que cet éclairage soit ensuite transmis aux autres, qui de par une modification de pensée pourront eux aussi manifester davantage de lumière dans leurs vies ?

En d’autres termes, si l’action découle naturellement de la pensée, comment la politique pourrait-elle faire autrement que de découler naturellement de la spiritualité ?

N’est-ce pas d’ailleurs pourquoi les avancées politiques ne tardent pas à se manifester d’elles-mêmes quand une personne, ou à plus forte raison un peuple entier, se met à avancer sur le chemin de l’Esprit ?

Tout le reste, et donc tout ce dont on peut normalement entendre parler au niveau politique, n’est-il pas que distraction ou illusion, que celle-ci soit involontaire ou programmée ?

Et si tant d’hommes politiques apparaissent comme étant si paradoxaux, voire ridicules, n’est-ce pas à cause du décalage que l’on peut habituellement observer entre leurs ambitions et leurs lacunes au niveaux personnel, intellectuel, émotionnel, moral ou relationnel ?

Alors si quelqu’un tient vraiment à faire avancer les choses, que ce soit au niveau politique ou spirituel, que lui reste-t-il à faire, sinon de concentrer toute son énergie et son attention à lui-même avancer autant que possible dans son cheminement intérieur, et dans sa croissance personnelle ?

On sait d’ailleurs que les gens n’aiment pas se faire dire quoi faire, et qu’ils préfèrent bien sûr choisir eux-mêmes leurs modèles, et le faire en suivant un sentiment naturel de sympathie et d’admiration, plutôt qu’un principe de devoir ou d’idéal…

Cela veut-il dire pour autant qu’aucune attention ne mériterait d’être portée à la sphère politique ?

Pourquoi ne pas plutôt conclure que l’intérieur doit avancer en conjonction avec l’extérieur, et que la pensée doit bel et bien en venir tôt ou tard à se conjuguer en action, mais en gardant toujours en tête que la seconde ne sera jamais qu’une réflexion de la première, tout simplement ?

Charles-Olivier B. Tremblay

Granby, mai 2013

Publicités

Prends soin de tes pensées…

« Prends soin de tes pensées parce qu’elles deviendront des MOTS. Prends soin de tes mots parce qu’ils deviendront des ACTIONS. Prends soin de tes actions parce qu’elles deviendront des HABITUDES. Prends soin de tes habitudes parce qu’elles formeront ton CARACTERE. Prends soin de ton caractère parce qu’il formera ton DESTIN, Et ton destin sera ta VIE. »

Le Dalaï Lama

Voir aussi : Citations du Dalaï Lama