Archives Mensuelles: janvier 2012

Le pouvoir ultime

Voici en essence la révélation dont j’ai pu bénéficier à travers la pratique de la méditation, et plus spécifiquement à travers la pratique de la technique de méditation dite «Vipassana ».

C’est qu’en veillant à tout simplement regarder, accepter et laisser-être nos sensations intérieures, qu’elles soient d’ordre physique ou émotionnel, on peut ultimement parvenir aux réussites suivantes :

dans un premier temps, on peut donc apaiser ces sensations et réduire ainsi leur intensité,

dans un second temps, on peut comprendre à quelles autres sensations et émotions celles-ci peuvent être reliées, jusqu’à finalement déceler ce qu’on pourrait appeler « l’émotion-source », le blocage originel d’où peuvent découler les sentiments désagréables que l’on a pu rencontrer au départ,

dans un troisième temps, on peut guérir cette blessure fondamentale et libérer le blocage spécifique qu’elle représente, de manière à carrément « arracher la racine même » du mal dont il est donc question,

dans un quatrième temps, on peut pratiquement effacer toute trace de ce dernier, et ce tant dans son corps que dans son esprit,

et dans un cinquième temps, on peut en faire de même pour tout autre sensation désagréable dont on peut être affecté, et donc arriver à déraciner le blocage se trouvant à l’origine de chacune d’entre elles, de sorte qu’on ne puisse vraisemblablement qu’en venir en bout de ligne à se voir totalement libéré de toute énergie négative, ou en d’autres termes de toute souffrance.

Pourrait-on pourtant concevoir une plus parfaite expression ou une plus parfaite utilisation de ce que l’on peut donc désigner comme le « pouvoir intérieur » ?…

Publicités

Rénover la maison d’un autre

Y a-t-il vraiment beaucoup plus de sens à parler de changer le monde qu’à proposer de modifier la maison de quelqu’un d’autre ? Car tout comme la maison de quelqu’un, le monde ne représente-t-il pas que la résultante des diverses actions et priorités de l’humanité toute entière ? Et surtout, dans la mesure où le monde constitue donc la maison de plusieurs milliards de personnes, et donc de plusieurs milliards de personnes autres que soi-même, ne se trouve-t-il pas à appartenir bien plus aux autres qu’à soi-même, et ce qui que l’on soit ? Alors si le monde est une maison, ne peut-il pas qu’être la maison d’un autre ?

Et en fait, ne s’avèrerait-il pas tout autrement plus facile de convaincre quelqu’un de rénover sa maison de telle ou telle manière que de tenter de convaincre l’humanité entière de faire quoi que ce soit ?

 

L’incroyable potentiel de croissance de l’être humain

Pourrait-on seulement trouver une meilleur exemple de ce que l’on pourrait manifestement appeler « l’incroyable potentiel de croissance » de l’être humain ?

11 Year Old Genius

Et ceci dit, bonne année à tous, et bon développement continuel de vos propres potentialités !…

Charles-Olivier